High Tech : les jouets connectés nuisent à la sécurité des enfants

High tech, Mon amie Cayla, i-Que

High tech, Mon amie Cayla, i-Que

En cette période de fête, les parents seront surement ravis que ses enfants auront les plus beaux des cadeaux. Ceux qui sont issus de la nouvelle technologie dont les jouets connectés : robots, poupées et de nombreux autres. Par contre, il s’agit des jouets potentiellement dangereux pour la sécurité de nos enfants que la plupart de nous ignorent. Ils nuisent à leurs données personnelles. C’est pourtant assez difficile de croire qu’un tel objet si innocent peut de devenir un espion de grande envergure.

Jouet connecté, une mise en garde alarmante de UFC-Que Choisir

Que ce soit la célèbre poupée « Mon amie Cayla » ou le robot connecté « i-Que », la vie privée de nos enfants n’est pas en sécurité. La mise en garde a surtout été lancée par l’association de consommateurs UFC-Que Choisir afin d’éviter le pire.

L’un des membres de l’association, Finn Myrstad, explique qu’une tierce personne au alentour de 20 à 80 mètres du jouet en question, pourrait pirater la connexion par Bluetooth pour ensuite s’y communiquer. En parallèle, les données de stockages sont utilisées à des fins commerciales et ce, hors du territoire européen.

Cyberattaque : comment se manifeste-t-elle selon l’association de consommateurs ?

Qui aurait cru qu’un jour les jouets deviendraient un outil d’espionnages ? C’est aujourd’hui le cas. Avec la vulnérabilité du jouet, les enfants ne se douteront même pas que leurs robots ou leurs poupées sont sur écoute. Le risque d’une cyberattaque est assez élevé dans ce cas. La connectivité Bluetooth du jouet avec un téléphone est le meilleur moyen pour les harceleurs de déstabiliser sa victime dans une portée de moins de 20 mètres.

Entre autres, l’utilisation des conversations de l’utilisateur pour un matraquage publicitaire n’est pas autorisée par la loi sauf s’il y a lieu consentement des parents. En plus, les données sont expédiées à l’extérieur de l’Union Européenne.