Attaque des hackers : la Nintendo NES mini a été victime de piratage

Nintendo, Nintendo NES mini, hacker
Nintendo, Nintendo NES mini, hacker

Alors que la console NES Classic mini venait de faire un carton dans l’univers du jeu vidéo, elle a été dernièrement victime de piratage. Les hackers ont réussi à augmenter le nombre de jeux NES dans la console. Prévu pour seulement 30 jeux préinstallés, ils ont pu monter jusqu’à une soixantaine dont les jeux les plus anciens : Contra. Les détenteurs de la Nintendo Classic mini sont en effet, prévenus. Il est possible de jouer encore plus de jeux. Il suffit de brancher votre PC avec certains composants de ladite console.

Piratage de la Nintendo NES mini, comment ça a marché ?

C’est juste avec un PC, un câble micro-USB et des mains bien douées que les hackers ont réussi à pirater la console de Nintendo NES mini Edition. Manifestement, ils ont connecté la console à un PC par l’intermédiaire de la carte mère de celle-ci. Un convertisseur USB et un adaptateur FTDI232 ont permis de couronner le tout. Il n’est pas question de remplacer ou de modifier des composants dans la console.

Une fois le PC et la console reliés, il faut passer à l’installation de « hakchi2 ». Il s’agit d’un outil spécialement conçu pour hacker la Nintendo Entertainment System. Notamment, le téléchargement des fichiers de jeux s’effectue dans ce logiciel. C’est en effet, un Rom-management.

Manipulation de la console Classic mini: quels enjeux ?

Le piratage de la superbe console de Nintendo permet aux utilisateurs d’avoir plus de jeux. Mais, il y a aussi des risques à craindre. Il n’y a pas de garantie pour la console modifiée. Il est évident que Nintendo ne dédommagera point votre NES mini lorsqu’une fausse manipulation se présenterait et causerait des dégâts matériels.

Entre autres, il est parfois illégal de télécharger certains Roms de jeux. Il faut être prudent dans ce genre de manipulations. Dans tous les cas, Mega Man, Battlecity, Bomberman et d’autres encore seront au rendez-vous pour les gamers.

PARTAGER